Le livre continue

Sur les réseaux sociaux on partage souvent nos joies et nos réussites. On ne parle jamais de nos tristesses et nos souffrances.

Sommes nous trop fières pour parler de nos problèmes ? On peut partager nos photos de vacances, le dernier maillot de bain acheté oû encore partager nos photos de mariage mais dès qu’il y a un problème là notre vie ne regarde plus personne. Ce raisonnement est assez contradictoire me direz-vous.

Il y a peu je vous annonçais avec joie que j’étais enceinte. Je vous ai même raconté comment je l’ai annoncé à mes proches. La panique de voir ma carrière s’écrouler à la vue de ce nouveau challenge. Le défit d’être mère, sans trop savoir par où commencer.

Malheureusement, nous avons perdu notre fils.

Je vous avoue que j’étais comme paralysée par la douleur, écrasée par un monde qui s’abattait sur moi. Pendant de longues semaines.

J’étais dans le brouillard

Pourquoi moi ? pourquoi nous ? Qu’ai je fais pour mériter ça ? Qui m’en veut à ce point pour m’infliger ça ? Où est mon dieu qui était censé me protéger du mal ?  La colère liée à l’incompréhension se sont emparées de moi pendant des semaines. J’ai compris par la suite que je n’aurais jamais de réponses à ces questions

Aujourd’hui, je ne pleure plus la perte de mon fils car j’ai compris qu’il était mieux ailleurs. C’est plutôt se vide qu’il m’a laissé en partant qui est et sera difficile à combler.

Mon Mari me porte vaillamment sur ces épaules dans une douleur silencieuse. Nous partageons cette douleur à deux. « Et je te remercie de tout mon cœur pour ta patience et ta capacité à me faire sourire sous la pluie »

Le temps apaise toutes les peines même celles qui paraissent insurmontable. Je ne dis pas que c’est facile et pour ma part j’ai eu besoin d’aide (façon polie de dire que je suis passé chez le psy). Je dois dire que j’avais beaucoup d’aprioris mais je dois bien avouer que de vider son sac et crier sa colère à quelqu’un qui n’est pas de votre entourage et surtout qui ne vous juge pas. Ça fait du bien!!! De plus, j’ai compris que la vie ne m’attendrais pas. Elle continue de défiler alors j’avais un choix à faire continuer à sombrer où me relever et vivre.

J’ai choisi la vie!

J’écris ce soir, pour toutes ces femmes qui ont eu le courage de raconter leur cauchemars et qui m’ont redonnées espoirs après avoir lu leurs écrits, que je fais de même aujourd’hui. Malheureusement, ça n’arrive pas qu’aux autres.

Le livre n’est pas fini. 

To my fantastic husband, my family and friends I say thank you. 

To my beloved son I say hallelujah you’re home and you’ll be always my little angel in my heart.

Publicités

Un commentaire sur « Le livre continue »

  1. Coucou Anaïs,

    Ton message est très émouvant, mais également plein d’espoir qui prouve que malgré toutes les difficultés ou obstacles qui peuvent se mettre en travers de nos routes respectives, on a toujours en nous des ressources qui nous aident à nous relever et à continuer.

    La douleur s’estompera petit à petit mais le souvenir sera toujours présent, c’est un épisode de votre vie que vous n’oublierez jamais.

    Vous n’en ressortirez que plus forts tous les deux.

    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s